Crêpes et voyages

KANPAÏ!!

Kyoto…J’ai quitté Kasara Farm fin Avril pour rejoindre l’ancienne capitale du soleil levant. J’ai été bien triste de quitter cet endroit et ces personnes parmi lesquelles je me sentais si bien… Pourquoi j’en suis partie? Pour 2 raisons à vrai dire. La première, c’est parce qu’il était prévu que je fasse un essai dans une crêperie française (si si, sans déconner!), et la 2ème, c’est parce que j’avais un autre bénévolat de prévu dans une guesthouse cette fois-ci. Je m’étais plutôt bien démerdée je dois dire. J’avais trouvé un endroit où loger gratuitement en échange de 2h de travail par jour, et j’avais réussi à négocier avec le patron de Breizh café (la crêperie) pour que mes horaires soient compatibles avec mon travail à la guesthouse. Pas de loyer à payer en somme, et une rentrée d’argent en vue. Bref, je n’ai pas envie de me jeter des fleurs, mais je vais quand même le faire…  J’avais grave assuré sur ce coup là!!
Néanmoins, l’euphorie et l’excitation de vivre ma première expérience de boulot au Japon n’était pas au rdv… J’étais physiquement bien là à Kyoto, mais mon esprit lui, était toujours à Kasara Farm. Kyoto, j’y étais déjà venue lors de mon premier voyage au Japon, y retourner, m’a donné une impression de déjà vu (sans dec’ Julie…), et m’a fait réaliser qu’en ce qui me concerne, je ne vois pas l’intérêt de retourner dans une ville où j’ai déjà été, alors que je souhaite découvrir davantage le Japon et qu’il y a tant à voir. Attention, pas de méprise hein, Kyoto est une très belle ville, et j’avais adoré la première fois. C’est juste que là, je n’étais pas dans le même état d’esprit.
J’ai donc fait mon essai à Breizh café, le 26 Avril de 14H30 à 18H. C’était quand même dingue de réaliser là où j’étais! Au Japon, dans une crêperie française, à bosser, entourée de Japonais qui ne parlait pas français. Mis à part Sumiko san (pour rappel “san”, c’est ce que l’on met après le prénom d’une personne pour être polie). Mais son français est aussi bon que mon japonais, donc bon… Autant dire que l’on ne se comprenait pas trop. Je ne vais pas te mentir, je n’étais pas là pour bosser comme crêpière mais comme serveuse. Oui oui, je sais, je t’entends déjà me dire “Quoi elle est sérieuse là? Elle a bien dit qu’elle irait faire des crêpes et non pas les servir…Bouuuuhhhhhh!!!” Ils ne pouvaient pas m’offrir un poste de crêpière car je ne restais pas assez longtemps, j’ai donc pris ce que l’on me proposait. J’ai déjà travaillé comme serveuse dans une crêperie à Rennes (“Les piplettes”, j’embrasse d’ailleurs fort mon ex-patronne et mentor comme j’aime l’appeler ^^), j’y ai appris beaucoup là bas, et j’ai aimé être serveuse (pas que pour les pourboires ). J’avais l’espoir que cela pourrait être pareil là-bas, et que j’en apprendrai davantage sur la manière de faire des crêpes et des galettes (ouais, chez moi, en Ille et Vilaine, on dit galettes, et non pas crêpes salés, de sarrasin ou encore de blé noir) dans un pays où la farine et les produits sont différents. D’autres savoirs-faire donc! Et moi j’ai soif d’apprendre putain! Donc, je voyais cela comme une réelle opportunité, en plus d’être immergée dans le monde du travail japonais.
Mais bon, ça ne l’a pas fait, donc voilà quoi! Bien sûr que non, on ne me l’a pas dit en face. J’ai reçu un mail du comptable qui m’a annoncé la nouvelle, et qui voulait mes coordonnées bancaires pour me rémunérer mon essai. C’est pas faute d’avoir demandé ce que j’avais mal fait, où ce qui n’allait pas (pour m’améliorer pour une prochaine fois quoi!), mais bon je n’ai pas eu de réponses à mes questions. J’aurai du être vraiment déçue, mais en fait non pas du tout, je m’en foutais complètement!
Du coup, je ne voyais plus l’intérêt de rester à Kyoto aussi longtemps (j’avais prévu d’y rester entre 1 mois ou 2)… Kasara me manquait terriblement, et dans la grande ville, je ne me sentais pas vraiment à mon aise.
Les gars de kyoto guesthouse. Kanpaï!!

J’ai quand même eu la chance d’être tombée sur un bénévolat vraiment sympa. 2h de boulot par jour pour être logée gratuitement, c’est rien! Mon hôte, Sho san, était vraiment gentil. Je me baladais à Kyoto en vélo, ce qui est plutôt stylé quand même. Ça c’était vraiment cool!! Les autres volontaires de la guesthouse où j’étais, étaient eux aussi adorables et très sympas. J’ai un peu joué les associables je dois dire (besoin de solitude), mais j’ai passé des bons moments avec eux, et ils m’ont bien fait rire! Le curry de Philippe était super bon! Et le whisky pas dégueu je dois dire, pour quelqu’un qui déteste les alcools trop forts! De bons souvenirs!

Bien sur qu’à eux, je leur ai fait des crêpes!! Pour la petite anecdote, en faisant mes courses j’étais persuadée d’avoir acheté du sucre… Tu vois venir la suite?! J’ai eu une mauvaise surprise en goûtant ma pâte, un peu trop salée à mon gôut… Les hiragana (écriture japonaise) que j’avais lu sur le paquet ne voulait absolument pas dire sel… C’était le nom de la ville où il avait été fait… Bordel de brosse à chiotte!!
Mais comme je suis une meuf sympa (n’est ce pas Mélanie?;-)), je suis retournée faire des courses, et je les ai faites mes crêpes! Ils ont apprécié. En 15 min, il n’y en avait plus. Il faut dire qu’ils étaient 7 aussi…
J’ai passé une semaine à Kyoto. Où je suis allée ensuite? À Kasara farm pardi!! Cet endroit, je l’ai quitté trop tôt… Tout comme les gens qui y habitent!  
Publicités

Je suis toute ouïe si tu as quelque chose à me dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s